#French in the news

Journal en français facile 22/06/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loïc Bussières : 22h à Paris, 2h de moins en temps universel (TU). Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre Journal en français facile que je vous présente en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

LB : A la une : la présidentielle en Mauritanie. Premier scrutin de l’alternance en plus de 10 ans. Nous irons à Nouakchott dans ce journal.

ZK : Une autre élection, municipale, celle-ci. Les habitants d’Istanbul ont de nouveau rendez-vous dans les urnes demain dimanche. 3 mois après un scrutin annulé pour cause d’irrégularités.

LB : Nous irons en Allemagne également dans ce journal où des militants écologistes partent en guerre contre le charbon.

-----

ZK : En Turquie, 3 mois après les élections municipales, les dix millions d’électeurs d’Istanbul sont de nouveau appelés aux urnes.

LB : Le 31 mars dernier, le parti républicain du peuple l’avait emporté, mais le résultat avait été invalidé pour irrégularités, d’où ce nouveau vote, organisé dans la plus grande ville du pays. Un vote pour lequel le candidat du CHP, Erkrem Imamoğlu, pense une fois encore pouvoir s’imposer. Les sondages lui donnent raison. Anissa El Jabri.

Il l’avait emporté il y a 3 mois d’un cheveu, 13 000 voix dans une ville de 10 millions d’inscrits. Cette fois-ci l’affront à Erdoğan s’annonce plus tranché, sondage après sondage en un peu plus de 2 mois d’une deuxième campagne. Le candidat de l’opposition a grignoté de l’avance. En cause essentiellement, l’effritement de la base électorale de l AKP. Erdoğan avait choisi de s’effacer pour cette deuxième bataille politique, il est revenu sur la scène dans la dernière ligne droite, mais au fonds, peu importe, une partie de l’électorat conservateur lui en veut d’avoir annulé cette élection, regrette la personnalisation du pouvoir, la polarisation du pays.10% de la base AKP ça peut suffire pour faire basculer un scrutin. Erdoğan peut-il accepter le message des électeurs ? Difficile à imaginer tant Istanbul est pour lui une ville fondamentale, tremplin de sa carrière, vitrine politique de ses ambitions. Anissa El Jabri, Istanbul, RFI.

ZK : En Mauritanie, on votait également pour désigner le successeur de Mohamed ould Abdel Aziz arrivé par la force en 2008, puis élu président en 2009 et 2014.

LB : Avant même la fermeture des bureaux de vote, les 4 candidats de l’opposition, Sidi Mohamed Ould Boubacar, Biram Dah Abeid, Mohamed Ould Maouloud et Kane Hamidou Baba, ont dénoncé dans un point de presse de nombreux cas de fraude dans le pays notamment à Barkeol, dans l’Assaba, région du candidat du pouvoir. Les opposants ont aussi affirmé que leurs représentants ont été empêchés de scruter le déroulement des opérations de vote. Pas encore de réaction de la commission électorale, mais à la mi-journée, le président de la CENI déclarait qu’il n’y avait pas d’incidents majeurs à signaler. Je rappelle qu’un second tour sera organisé le mois prochain si aucun des candidats ne recueille plus de 50 % des suffrages.

ZK : Aux États-Unis, la Maison-Blanche a désigné hier Mark Esper au poste de ministre de la Défense, il remplace Patrick Shanahan en tant que ministre par intérim.

LB : L’exécutif américain ne comptait plus de ministre de la Défense titulaire depuis la démission de Jim Mattis en décembre 2018, sur fond de profonds désaccords avec Donald Trump. Donald Trump qui annonce par ailleurs de nouvelles sanctions majeures contre l’Iran. Deux jours après la destruction d’un drone américain par Téhéran près du Détroit d’Ormuz. Peu avant, il avait déclaré devant la presse que si les Iraniens renonçaient à leur programme nucléaire, il deviendrait leur « meilleur ami ».

ZK : On reste aux États-Unis où la Cour suprême a annulé la condamnation à mort d’un homme jugé six fois pour le même crime dont il se dit innocent.

LB : Les juges ne se sont pas prononcés sur la culpabilité de ce détenu afro-Américain. Ils ont simplement annulé le dernier verdict prononcé contre lui. Les noirs avaient systématiquement été écartés lors de la sélection du jury. Correspondance à Washington Anne Corpet.

L’affaire se déroule dans le Mississippi, un État marqué par son passé esclavagiste et la ségrégation raciale. Curtis Flowers, qui a toujours nié être l’auteur du quadruple meurtre qu’on lui reproche, a été jugé à six reprises pour ces faits. Les trois premiers jurys l’ont reconnu coupable, mais les procès ont été annulés pour vice de procédure. Les deux procès suivants n’ont pas abouti faute de consensus parmi les jurés. Et c’est finalement au cours de son sixième passage devant la justice qu’il a été condamné à la peine capitale. Mais en raison d’un biais racial dans la sélection des jurés, la plus haute instance judiciaire du pays vient d’annuler ce verdict : au cours des six procès combinés, l’État du Mississippi a écarté 41 des 42 Afro-Américains qui devaient statuer sur le sort de Curtis Flowers. La Cour suprême souligne également que lors du dernier procès, 145 questions ont été posées aux Afro-Américains écartés, contre 12 aux blancs sélectionnés. Aux États-Unis les juges et les procureurs sont désignés par les habitants, et c’est le même magistrat qui représente l’État dans cette affaire depuis le début : malgré ses défaillances pointées par la Cour suprême ce procureur pourrait très bien décider de convoquer Curtis Flowers pour le juger une septième fois.

ZK : On part en Allemagne où des milliers de manifestants avaient rendez-vous aujourd’hui dans l’ouest du pays.

LB : Pour protester contre la politique climatique du gouvernement. Les mines de charbon sont particulièrement visées. Les opérations ont en fait commencé dès hier. Les précisions de Nathalie Versieux.

Angela Merkel l’ancienne ministre de l’Environnement d’Helmut Kohl, s’était à ses débuts taillé une réputation de chancelière de l’environnement pour avoir notamment décidé la sortie du nucléaire suite à l’accident de Fukushima. Mais par quoi remplacer l’uranium pour produire en quantité de l’électricité bon marché ? La sortie programmée du nucléaire s’est accompagnée en République fédérale d’un regain de l’exploitation du charbon et du lignite, tous deux très polluants. Et si l’Allemagne figure parmi les champions des énergies renouvelables cela ne change guère la donne : pour maintenir la stabilité sur les réseaux d’électricité, le pays ne peut se passer pour l’heure des centrales à charbon et à gaz, qui prennent le relai lorsque le vent et le soleil ne sont pas au RV. C’est à cause du charbon, et parce que le gouvernement n’a pas cherché à contrarier le puissant lobby automobile que l’Allemagne ne tiendra pas les objectifs climatiques que le pays s’était fixés à l’horizon 2030. Face au dynamisme du mouvement fridays for future et face aux résultats des Verts aux élections européennes, Angela Merkel a décidé de reprendre sa casquette climatique. Avec de nouveaux et ambitieux objectifs climatiques pour 2050.

LB : Fin de ce journal tout de suite on retrouve Yvan Amar pour son mot de la semaine.

Un nouveau chef pour le Pentagone ? Ça tarde et beaucoup s’impatientent, sauf Donald Trump qui avoue qu’il aime les ministres intérimaires, ou même les ministères sans ministre qui lui laissent plus de flexibilité dans sa politique. Il faut dire qu’il y avait des désaccords importants entre l’ancien titulaire du poste, James Mattis, et lui. Mais pourquoi parle-t-on du Pentagone ? Il est situé non pas à Washington, mais juste à côté, à Arlington, donc dans un état distinct : ce n’est pas le District de Columbia, mais déjà la Virginie. Et c’est le nom d’un bâtiment immense qui abrite les services du ministère de la Défense. Pentagone, d’après sas forme bien sûr, c’est-à-dire que son plan a cinq côtés. Ce qui est bien indiqué par son nom, dérivé du grec : Penta signifie cinq. Et gone ? Un côté ? Non, c’est un angle, mais on sait bien que les formes géométriques délimitées par ont autant de côté que d’angles, et que bien souvent, pour les désigner, on indique leur nombre avant de mettre un gone qui indique le nombre d’angles donc de côté. Est-ce qu’on commence comme ça avec la figure de départ ? Il faut trois côtés. Et on a… un triangle ! Même processus, mais un mot dérivé du latin. Et ensuite ? Carré ! Pareil ! Le mot dérive de la racine de quadri. On parle bien peu d’un tétragone. Mais ensuite on se rattrape : pentagone, hexagone, heptagone (bien rare) octogone… Et on a au moins un mot qui, comme le Pentagone, a un sens figuré particulier : c’est l’hexagone, qui désigne la France. En gros, le pays a la forme d’un polygone à six côtés, et c’est comme ça qu’on l’appelle, ou qu’on l’appelait, de manière très administrative, ou pour éviter les répétitions… Mais cet usage, qui fait très années 60, tend à se raréfier dangereusement ! L’hexagone est gaullien !

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias