mots-actu_d.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La coopération spatiale entre la France et la Chine est semble-t-il bien partie : un satellite a été lancé. Le lanceur s’appelle Longue Marche. On se doute bien qu’il est chinois : ce nom rappelle un épisode mythique de l’histoire chinoise du 20ème siècle. Mais le satellite a été élaboré conjointement par la Chine et la France. Et le décollage est réussi. De même, on nous dit que cette coopération technique entre Chine et France a décollé. On utilise donc cette image, le décollage, à la fois dans un sens littéral et un sens figuré.

Le sens propre est facile à comprendre, mais peut-on vraiment parler d’un premier sens ? Tout un chemin a été parcouru ! Car le mot est bien construit à partir de la colle, une substance faite pour que deux matériaux se soudent l’un à l’autre, ou en tout cas s’assemblent. Le premier sens de décoller évoque donc l’idée d’une séparation entre deux éléments qui auparavant tenaient l’un à l’autre. Et à partir de ce mouvement s’est construit le sens particulier de ce qui quitte le sol. On se doute que cet usage va apparaitre sur les ailes de l’aviation. Et, en fait, on le remarque très tôt, dès 1910, à l’époque des coucous héroïques et dangereux. Le décollage est toujours hasardeux, mais toujours jubilatoire quand il réussit. Et le fait d’échapper à la pesanteur, de voler, apparait comme une sorte de miracle. Et il est vrai que le décollage a quelque chose d’enivrant, un genre de prodige qui vous laisse parfois incrédule.

Le décollage est pourtant resté un mot clé du transport aérien, symétrique de l’atterrissage. Et on voit que la symétrie vaut pour les actions, mais nullement pour les mots : atterrissage et décollage n’ont aucun rapport.

Et, c’est à partir de ce sens déjà second du mot décollage que s’est construit un usage encore plus abstrait et souvent économique : la formule s’emploie à propos d’une opération commerciale qui soudainement donne de bons résultats. Il s’agit donc d’un essor, on peut dire d’un envol. Et l’image se comprend d’autant mieux qu’on imagine un graphique où sont projetés les résultats : la ligne qui les figure, après un parcours proche de l’horizontale, se lève, se cabre, commence une ascension qui rompt avec le mouvement précédent. Et cette façon de s’exprimer peut facilement quitter le terrain purement économique : on l’a entendue par exemple, et à la négative, à propos de la création d’un parti politique qui n’atteint pas la croissance qu’on aurait pu attendre : il n’a jamais décollé. Ou au contraire à propos d’une entrée dans l’arène politique qui rencontre l’enthousiasme : la candidature de tel et tel a décollé, il grimpe vertigineusement dans les sondages.

Avertissement !

Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr  

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias