La comète Tchouriomov-Guérassimenko 67P, photographiée par la sonde Rosetta.
La comète Tchouriomov-Guérassimenko 67P, photographiée par la sonde Rosetta.
ESA/Rosetta/AFP PHOTO
文章

Sonde Rosetta: la comète Churyumov est une boule puante !

Lancée en 2004, la sonde interplanétaire européenne Rosetta se trouve actuellement en orbite de son objectif, une comète située à 400 millions de kilomètres du Soleil. Son prochain objectif est d'y poser une partie de ses composants, en novembre 2014. En attendant, le spectromètre de la sonde vient de révéler que la comète en question dégagerait une odeur pestilentielle.
根据 RFI -

L'Agence spatiale européenne (ESA) ne se contente pas d’observer les comètes ; elle les renifle ! Non pas à l’aide de quelque mystérieux appareil olfactif, mais grâce à un spectromètre dénommé Rosina. Avec cet outil, elle est capable d'étudier ce qui compose la chevelure de la comète, constituée des gaz et poussières éjectés du noyau, sous l'effet du rayonnement solaire. Et les analyses sont implacables : la comète Churyumov-Gerasimenko 67P, située actuellement à 400 millions de kilomètres du Soleil et escortée par la sonde Rosetta jusqu’en 2015, sent très mauvais !

Une odeur d'œuf pourri

Churyumov dégage une odeur mélangée d'œuf pourri, de garçon d'écurie, d'alcool et d'amande amère. Grâce au spectromètre, la sonde a en effet pu reconnaître plusieurs molécules correspondant à des odeurs bien particulières. Parmi elles, de l'ammoniaque, qui lui donne cette l'odeur d'écurie, mais aussi du sulfure de carbone ou encore de l'hydrogène sulfuré, pour le parfum d'œuf pourri. Si ces émanations sont désagréables, elles sont néanmoins très utiles aux scientifiques.

Nauséabonde, mais utile

Pour l’une des responsables de la sonde Rosetta, Kathrin Altwegg, « c'est un mélange extrêmement intéressant pour étudier l'origine des matériaux de notre système solaire, la formation de notre Terre et l'origine de la vie ». Les molécules en question devraient en effet pouvoir révéler où la comète s'est formée, et dans quelles conditions. Le 12 novembre 2014, l'ESA tentera de faire atterrir sur le noyau de la comète un robot laboratoire, Philae, une première dans l'histoire de l'exploration spatiale. De quoi tirer, déjà, des plans sur la comète, mais en se bouchant le nez. 

发布时间 18/09/2015 - 更改时间 29/10/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias