Tuberculose.
Tuberculose.
Science Photo Library/CNRI/SPL/Getty
文章

La tuberculose s’accroche et fait de la résistance

Maladie que l’on croyait vaincue avec la découverte des antibiotiques, la tuberculose fait de la résistance. Alors qu’il existe des traitements, la tuberculose continue de faire des ravages parmi les populations pauvres, partout dans le monde. La France n’est pas épargnée, le nombre de malades atteints par une forme résistante de la maladie augmente, alors que la tuberculose commune recule.
根据 Claire Arsenault -

La tuberculose reste toujours en 2015 une maladie meurtrière. Elle tue chaque année dans le monde entre 1,5 million et 2 millions de personnes, soit autant que le VIH-sida avec lequel elle forme souvent un duo meurtrier. La tuberculose peut être soignée et évitée. Mais dans certains cas, et cela se produit de plus en plus souvent, la bactérie responsable de la maladie ne disparait avec le traitement. 

La précarité favorise la maladie
 
Cette forme de tuberculose dite multirésistante a touché en 2013 quelque 480 000 personnes dans le monde sur les 9 millions qui ont contracté la maladie. Pour celles-là, la bactérie Mycobacterium tuberculosis qui s’attaque surtout aux poumons, ne cède pas devant un traitement classique. Les quatre antimicrobiens utilisés habituellement pendant six mois ne parviennent pas dans ces cas à venir à bout de la maladie.
 
Le recul du nombre de malades de la tuberculose dans le monde est encourageant. Bien qu’il se fasse très lentement, l’Organisation mondiale de la Santé estime que le monde est en « bonne voie ». Entre 1990 et 2013, le taux de mortalité par tuberculose a ainsi chuté de 45 %. Cela dit, la multiplication des cas de tuberculose multirésistante inquiète les épidémiologistes et les soignants.
 
Comparée à la forme « classique » de la maladie, sa version plus virulente se répand. En France, la Seine-St-Denis à proximité immédiate de Paris, est le département le plus touché : les cas de tuberculose résistante dépistés et traités y ont doublé entre 2012 et 2014 pour atteindre la cinquantaine. Les spécialistes estiment cependant qu’au moins autant de malades échappent toujours à une prise en charge médicale.
 
Ce sont les populations les plus précaires, comme les sans domicile fixe et les migrants de fraîche date qui sont le plus exposés. Pour les épidémiologistes, des conditions de vie de plus en plus dégradées et un accès de plus en plus tardif aux soins, expliquent en partie la contamination en France où un peu moins de 5 000 cas ont été déclarés en 2013.
 
Que ce soit dans une ou l’autre forme, la tuberculose est très contagieuse. Une personne atteinte de tuberculose pulmonaire peut projeter dans l’air par la toux, les éternuements, les postillons, le bacille de Koch qui est particulièrement résistant. L’OMS estime que le tiers de la population mondiale est infectée par la bactérie ; seule une partie d’entre elles (environ 10 %) va développer la maladie et risquera donc de la transmettre à son tour.
 
Pour la première fois depuis 40 ans, un nouvel antibiotique
 
Récemment à Limoges, dans le centre de la France, on apprenait que cinq policiers de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) avaient été dépistés positifs au bacille de Koch. On a rapidement parlé d’épidémie de tuberculose au sein de la CRS, déclenchant aussitôt le branle-bas de combat.
 
Or, il s’avère finalement qu’une seule personne, un agent administratif, a effectivement développé une tuberculose. Les quatre autres policiers se sont avérés positifs au test de dépistage, sans être malades. Un exemple parmi d’autres qui illustre la fréquence de la maladie et la crainte qu’elle continue de susciter, y compris dans les pays développés.     
 
Devant la difficulté de soigner la forme la plus virulente de la maladie, la perspective d’une autorisation de mise sur le marché hexagonal de la bédaquiline, un antibiotique découvert par une équipe française, laisse entrevoir aux médecins la possibilité d’être plus efficaces. Cet antimicrobien bénéficie pour le moment en France d’une autorisation temporaire d’utilisation.
 
On attend beaucoup de cette molécule qui est le premier nouveau médicament  antituberculeux en Europe depuis plus de 40 ans. Ce n’est pas pour autant un médicament miracle : comme tous les antituberculeux, il devra être associé à d’autres antibiotiques pour un traitement d’au moins six mois.

发布时间 09/04/2018 - 更改时间 14/06/2018

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias