#法语新闻用语

Journal en français facile 18/04/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loïc Bussières : À l'écoute de RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel. L'heure de votre journal en Français facile. C'est Zéphyrin Kouadio qui présente avec moi cette édition, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Loïc, bonsoir à toutes et à tous.

LB : À la une ce soir : Donald Trump qui applaudit les conclusions de l'enquête russe. Elle confirme l'absence d'entente entre son équipe de campagne et Moscou lors de la présidentielle de 2016. Mais elle n'écarte pas des soupçons d'entrave à la justice.

ZK : En Argentine, c'est un autre combat dans lequel s'est lancé le président Macri, celui de la hausse des prix dans un pays miné par une inflation galopante.

LB : Et puis nous irons au Nigeria où la justice recherche deux anciens ministres impliqués dans l'une des plus anciennes affaires de corruption du pays.

---

ZK : C'est peu dire que le document était attendu aux États-Unis. Le rapport Mueller a été publié ce jeudi par le ministère de la justice.

LB : C'est le résultat de 22 mois d’une enquête tentaculaire, celle des liens supposés entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016. Un rapport dans lequel le procureur spécial dit n’avoir trouvé aucune preuve de collusion, donc de lien entre l'entourage du Président et la Russie. En revanche, de sérieux doutes persistent sur le cas Donald Trump. Eric De Salves.

Le rapport confirme de nombreuses informations déjà publiées mais qualifiées de fake news par Donald Trump, à commencer par cette rencontre en pleine campagne présidentielle en juin 2016 dans la Trump Tour à New York entre des membres de son entourage et des Russes dans l’espoir d’obtenir des information nuisibles à Hillary Clinton. Le rapport documente d’ailleurs tous ces faux contenus diffusés par les services de renseignements russes sur Facebook pour aider à faire élire Trump. Robert Mueller énumère aussi dix tentatives d’entrave à la justice impliquant directement Donald Trump. Le président a notamment ordonné de limoger Robert Mueller mais son administration a refusé de le faire. Enfin, plus anecdotique, mais tout de même révélateur, cette réaction de Donald Trump en apprenant le lancement de l’enquête du procureur Mueller en 2017 « Oh mon Dieu. C’est terrible. C’est la fin de ma présidence. Je suis foutu ». Au lieu de cela, 22 mois plus tard, le président américain exulte à la publication de ce rapport, car malgré tous ces faits troublants qui ont conduits à 34 inculpations, dont six de ses plus proches collaborateurs, Donald Trump, lui, n’est pas inquiété par la justice, ce qui lui permet de dénoncer « la plus grande arnaque politique de tous les temps ».

ZK : À la une également, l'Argentine où le président Mauricio Macri s'attaque à la hausse des prix.

LB : Le gouvernement a annoncé hier le gel de plusieurs dizaines de produits de base. L'objectif : limiter les dégâts provoqués par une inflation galopante, plus de 50% en un an. Les précisions de David Baché.

Le riz, le sucre, le lait, la viande, au total, c'est une soixantaine de produits de base qui n'augmenteront pas dans les six prochains mois.
Ce gel des prix est le fruit d'un accord obtenu par le gouvernement argentin avec les entreprises des secteurs concernés. De la même manière, le gouvernement s'engage à maintenir les prix des services publics : transports, électricité et gaz.
Ces mesures, prises pour une durée de six mois, c'est-à-dire jusqu'à la prochaine élection présientielle. Elles ont pour objectif de soulager les Argentins, essorés par une hausse des prix continue : plus 4,7% pour le seul mois de mars, 55% sur les douze derniers mois.
Un revirement dans la politique du président Macri, libéral, qui avait lancé un plan d'austérité en septembre dernier, très contesté dans les rues du pays, en échange d'un prêt du Fonds Monétaire International de 56 milliards de dollars.
Ce prêt colossal marquait le grand retour de l'institution dans le pays, qui avait drastiquement réduit ses relations avec l'institution financière après la crise économique dévastatrice du début des années 2000.

LB : David Baché.

ZK : 21h et 4 minutes à Lagos, au Nigéria où la haute cour de justice vient de lancer des mandats d'arrêt contre deux anciens ministres, Dan Etete et Mohamed Adoke

LB : Un autre mandat d'arrêt international, celui-là, vise l'ancien manager de la compagnie pétrolière italienne Eni. Tous trois sont impliqués dans l'une des plus anciennes et plus importantes affaires de corruption du pays : le scandale Malabu. Julie Vandal.

L'affaire remonte à 2011. Apres des années de contencieux, le gouvernement nigerien sous la présience de Gooluck Jonathan, vend une licence pour l'exploitation de l'OPL-245, un gigantesque bloc pétrolier d'une capacité de plus de 9 milliards de barils. La transaction est conclue avec les compagnies Shell et Eni pour 1,3  milliards de dollars. Une somme largement en deçà de la valeur réelle du site offshore, somme qui aurait surtout servi à payer des pots de vin. Selon l'ONG britannique Global Witness et Finance Uncovered, prés d'un milliard de dollars versé sur un compte bancaire à Londres allait directement à Dan Etete, ancien ministre du pétrole sous le régime du dictateur Sani Abacha. Ce dernier s'était attribué le bloc en 1998, en le vendant à Malabu Oil and Gas, une société qu'il détenait secrètement, avant que la licence ne soit révoquée par le gouvernement, puis cédé à Shell, puis de nouveau à Malabu Oil and Gas donnant lieu à un important litige. En mars 2017, Dan Etete et dix autres hommes d'affaires et politiques nigeriens ont été mis en accusation, mais aucun ne s'est présenté devant la justice. Pour l'EFCC, l'agence anti-corruption nigerienne, ces mandats d'arrêts internationaux sont une première étape.

LB : Toujours dans le cadre de ce scandale Malabu, notez que les compagnies pétrolières Shell et Eni comparaissent devant un tribunal de Milan, en Italie pour soupçons de corruption.

ZK : Dans l'actualité également, la situation en Libye et cette mise en garde de l'émissaire des Nations Unies contre un "embrasement généralisé".

LB : Pour Ghassan Salamé, l'offensive du maréchal Haftar a abouti à une "impasse militaire", ce sont ses termes. Les combats pour le contrôle de la capitale libyenne ont fait plus de 200 morts depuis le début du mois selon l'OMS, l'Organisme Mondial de la Santé. Par ailleurs, ce soir, le ministère de l'Intérieur du gouvernement d'Union Nationale Libyen, reconnu par la communauté internationale, accuse pour la première fois directement la France de soutenir le maréchal Haftar. Accusations balayées par Paris qui réaffirme son soutien au gouvernement d'Union Nationale Libyen.

ZK : En République Démocratique du Congo, le deuil national est décrété demain vendredi après le naufrage d'une embarcation sur le lac Kivu.

LB : Une pirogue motorisée, qui transportait près de 150 passagers a sombré. 37 rescapés ont été identifiés à ce jour. 13 corps ont été sortis des eaux selon un premier bilan officiel.

ZK : Deuil national également à Madère après un accident de bus mortel.

LB : Un accident qui a couté la vie à 29 touristes allemands la nuit dernière. Le deuil national, qui va durer 3 jours à compter de ce jeudi, vise à, je cite, "exprimer la douleur et la solidarité de toute la population du pays envers les victimes, et leurs familles", c'est ce que précisent les autorités. Le véhicule qui transportait une cinquantaine de personnes a fait une chute d'une dizaine de mètres dans un virage.

ZK : L'actualité en France et ce double hommage aux sapeurs-pompiers mobilisés lors de l'incendie de Notre Dame de Paris, c'était lundi soir.

LB : Ils étaient reçus à l'Elysée, à la mi-journée où ils ont reçu la Légion d'Honneur de la main du Chef de l'État avant une autre cérémonie Sur le parvis de l'Hôtel de Ville. Par ailleurs, les contributions pour reconstruire la cathédrale se poursuivent. Environ 850 millions d'euros avaient été récoltés ce jeudi et les initiatives continuent. Le Maroc annonce un don. Le Comité international olympique va faire un chèque de 500 000 euros pour que la cathédrale soit prête pour les jeux olympiques de 2024, ce qui correspond à l'objectif de 5 ans fixé par Emmanuel Macron.

ZK : Un détour du côté de l'actualité des salles obscures pour refermer ce journal avec le Festival de Cannes qui dévoilait sa sélection officielle aujourd'hui.

LB : À un peu moins d'un mois maintenant de la première montée des marches, en tout 19 longs métrages concourront pour la prestigieuse Palme d'Or, notamment ceux de Ken Loach, de Pedro Almodovar, des frères Dardenne ou encore de Xavier Dolan. Le président du festival Pierre Lescure  et son  délégué général  Thierry Frémaux ont levé le voile ce matin sur cette 72ème édition décrite comme  "romantique et politique". Écoutez Thierry Frémaux.

[transcription manquante]

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias