#法语新闻用语

Journal en français facile 09/03/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Adrien Delgrange : Merci à vous d’écouter RFI où que vous soyez sur la planète, il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Place au Journal en français facile, pour apprendre le français ce un journal est aussi à écouter accompagné d’une version écrite sur notre site internet savoirs.rfi.fr. Pour cette édition du 9 mars, je suis accompagné de Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Adrien, bonsoir à tous.

AD : Au sommaire.

SB : Le Venezuela ! 

AD : La couleur rouge pour les partisans de Nicolas Maduro, le blanc pour les partisans de Juan Guaido.

SB : Les deux clans qui revendiquent le pouvoir vénézuélien manifestent en ce moment dans les rues de Caracas, correspondance à suivre.

AD : Une attaque à main armée dans une discothèque mexicaine a fait au moins 15 morts.

SB : La Corée du Nord serait en train de préparer un nouveau tir de missile nucléaire ? C’est ce que pense savoir un média américain.

AD : En France, les gilets jaunes ont croisé aujourd’hui les gilets roses, à savoir les assistantes maternelles en colère également contre le gouvernement.

SB : Et nous irons au bistrot. 

AD : Bistrot, c’est le mot de l’actu qui a retenu l’attention d’Yvan Amar.

-----

SB : Il est 16h à Caracas. Pro et anti Nicolas Maduro ont décidé le même jour de descendre dans les rues de la capitale vénézuélienne.

AD : Alors que les Vénézuéliens sont confrontés à une panne géante d’électricité dans presque tout le pays, le président élu et le président par intérim autoproclamé veulent occuper le terrain de la rue. Les manifestants des deux camps déambulent en ce moment dans Caracas. D’un côté Nicolas Maduro appelle à manifester contre « la guerre impérialiste sur l’électricité », de l’autre Juan Guaido contre « le régime corrompu et incapable... qui a plongé [le] pays dans l’obscurité ». Benjamin Dellile pour RFI nous appelle de Caracas.

[Transcription manquante]

SB : Une attaque à main armée, mortelle, au Mexique.

AD : Selon les premiers éléments, plusieurs hommes sont arrivés armés en pleine nuit dans une discothèque de l’État de Guanajuato (au centre du pays). Ils ont tué au moins 15 personnes et en ont blessé, quatre autres. Christophe Paget.

Tôt samedi matin, un groupe d’hommes lourdement armés a fait irruption dans la discothèque « La Playa » et tiré sur les clients et les employés avant de prendre la fuite. Les causes de l’attaque sont pour le moment inconnues, mais elle intervient alors que le gouvernement mexicain a lancé il y a quelques jours une opération contre le chef présumé du Cartel de Santa Rosa de Lima, une ville située à une trentaine de kilomètres à peine de Salamanca. Le cartel est impliqué dans le vol de combustible, qui coûte chaque année 3 milliards de dollars à l’entreprise publique Pemex et génère de nombreuses violences. Le président Lopez Obrador qui a pris ses fonctions en décembre dernier a lancé une vaste offensive contre ces vols. Fin janvier, un véhicule contenant une fausse bombe avait été trouvé à Salamanca avec des pancartes signées par le chef présumé du cartel demandant la libération des personnes arrêtées et le retrait des soldats déployés dans la région, menaçant de s’en prendre aux militaires et aux civils.

AD : Autre drame en Colombie. Au moins douze personnes sont mortes samedi dans le crash d’un avion. Un DC3 qui assurait une desserte régionale dans le centre du pays s’est écrasé. Les causes de l’accident ne sont pas connues pour le moment. Une équipe d’enquêteurs s’est rendue sur place.        

SB : La Corée du Nord pourrait préparer un tir de missile nucléaire !

AD : C’est qu’affirme aujourd’hui la radio publique américaine NPR. La radio s’appuie sur les images satellites prises près de Pyongyang. Heike Schmidt.

Des photos satellites montreraient que les activités nucléaires nord-coréennes auraient repris, au moins un site. Des camions, des véhicules sur rail et deux grues. Les photos satellites publiées par la radio publique américaine NPR montrent que le site connu sous le nom de Sanumdong est en pleine activité. « Sanumdong », c’est là où Pyongyang avait assemblé la plupart de ses missiles balistiques intercontinentaux dans le passé. « Cela ressemble à ça lorsque la Corée du Nord construit un missile », estime un expert cité par la radio. Il met toutefois en garde contre des conclusions hâtives : impossible de savoir à ce stade si Pyongyang prépare un missile à des fins militaires ou s’il s’agit d’une fusée pour lancer un satellite civil dans l’espace. Dans les deux cas, Washington a déjà prévenu : tout lancement, militaire ou civil, serait considéré comme une violation des engagements pris par Kim Jong-un. Sanumdong ne semble d’ailleurs pas être le seul site à avoir repris du service. D’autres images satellites montrent que « Sohae » sur la côte ouest est en train d’être reconstruit, après un début de démantèlement l’an passé. Hier, Donald Trump a pourtant assuré que sa relation avec Kim Jong-un était toujours « très bonne » - et qu’il serait « très déçu » si le dirigeant nord-coréen relançait ses tests nucléaires.

SB : Les Gilets jaunes ! à Paris sur l’avenue des Champs-Élysée les policiers dispersent les manifestants à l’heure actuelle.

AD : Pour ce 17e samedi consécutif de protestations, des rassemblements à travers toute la France, comme au Puy-en-Velay, à Toulouse et Bordeaux. À noter quelques affrontements, notamment à Quimper et à Saint-Herblain, près de Nantes. Côté nombre de manifestants, selon le ministère de l’Intérieur 28 600 « Gilets jaunes » ont manifesté ce samedi en France, c’est la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement. Les gilets espèrent faire mentir ces chiffres samedi prochain pour la fin du Grand débat initié par Emmanuel Macron. 

SB : La doyenne de l’humanité est japonaise !

AD : Kané Tanaka est née le 2 janvier 1903, âgée de 116 ans, elle a été confirmée comme la personne la plus âgée vivant dans le monde, annonce le Guinness des Records. Le mot de l’actu le mot bistrot, avec Yvan Amar.

Le bistro est-il à l’honneur ? Beaucoup ont fermé ces dernières années, et donc ces lieux, où l’on peut se retrouver en buvant un verre autour du zinc, c’est-à-dire du comptoir en zinc, ou autour d’une table, deviennent plus rares. Les gens se parlent moins, se renferment plus. Donc on applaudit l’idée de Sébastien Cherrier, qui a transformé sa camionnette en bistro ambulant et qui s’arrête chaque jour dans un village différent de son département, dans le centre de la France. Il ne faut pas non plus faire de ces bistrots des lieux parfaits qui règlent les problèmes de tous : parfois ils favorisent l’alcoolisme ; et il faut aussi reconnaître que traditionnellement ce sont des lieux masculins : les femmes n’y sont pas interdites évidemment, mais elles y vont nettement moins que les hommes, et donc les rapports d’amitié, de camaraderie, de voisinage qu’on peut y établir favorisent surtout les hommes. Mais enfin les bistrots sont l’équivalent des cafés, des cabarets, si on veut employer un autre mot un peu ancien. On parle même parfois des troquets, dans un français familier. Et ce mot est une dérivation du bistro : on a dit bistroquet, puis troquet tout simplement. Et l’origine du mot est mystérieuse, et pourtant intéressante : c’est le type même de la fausse histoire pittoresque ! En 1814, à la fin de l’aventure napoléonienne, la guerre tourne mal pour la France, envahie. Les Cosaques de l’armée russe sont à Paris. Et on dit qu’ils s’arrêtent dans les estaminets – un autre vieux mot pour désigner ces établissements. Ils demandent à être servis, mais vite, car leur armée n’attend pas : « Bistro, bistro ! » c’est-à-dire « Vite, vite ! » en russe. Et de là viendrait notre mot. Est-ce vrai ? Probablement pas, car le mot bistro n’apparaît en français qu’à la fin du 19e siècle, quatre-vingts ans plus tard. On ne comprendrait pas pourquoi ce mot se serait endormi, pour se réveiller de ce long sommeil. Mais l’histoire est piquante, elle fait sourire, et montre bien l’intérêt que les francophones portent à l’histoire de leur langue.

AD : C’est la fin de ce Journal français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias