Áudio

La facture alimentaire mondiale alourdie par le coût du transport maritime

Porte conteneur (photo d'illustration) ©Minka2507/Pixabay
Porte conteneur (photo d'illustration)
Minka2507 / Pixabay
Malgré l'abondance des productions agricoles, le coût des importations alimentaires monte en flèche : 1 413 milliards de dollars depuis janvier 2017.

1'50" - Première diffusion le 13/11/2017

C'est une nouvelle surprenante. La facture alimentaire mondiale a augmenté de 86 milliards de dollars depuis le début de l'année 2017. Une croissance de 6%.

Pourtant les réserves sont remplies de céréales, de sucre et d'oléagineux, les silos à blé en particulier n'ont jamais été aussi pleins depuis des décennies, ce qui a contenu le prix unitaire de ces produits.

Mais comme le souligne l'Organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), ce sont les quantités achetées par les pays importateurs qui ont progressé, avec la croissance démographique et la reprise de l'économie mondiale, qui a un peu délié les porte-monnaie.

Surtout l'intensification du commerce mondial a fait bondir le prix d'acheminement des denrées. Le coût du transport maritime, en particulier le fret, a augmenté de moitié, il a parfois doublé sur certaines destinations. Le poste transport pèse donc plus lourd cette année dans la facture alimentaire : 10%. Même si l'on n'est pas revenu aux niveaux astronomiques de 2007-2008, c'est un facteur d'inflation très important.

Note salée pour les produits laitiers et la viande

112 milliards de dollars d'importations de produits laitiers, c’est une augmentation de 51% par rapport à 2016. 176 milliards de dollars d'importations de viande, un montant historique pour cette catégorie de produits. Mais la facture a également augmenté de plus de 20% pour les céréales. Quant au sucre, le même bateau du Brésil a coûté plus cher alors que son cours à New York était plus bas.

Une facture alimentaire encore plus lourde pour les pays pauvres

Alors que dans les pays riches la note augmente de 3%, elle grimpe de 11% dans les pays en développement : leur dépendance aux importations alimentaires s'est accrue en 2017, et de l'Égypte au Bangladesh, les pays pauvres n'ont pas bénéficié de la baisse du dollar, monnaie dans laquelle ils achètent leurs produits, puisque leur propre monnaie s'est elle-même affaiblie par rapport au billet vert. Seul l'arrimage à l'euro des pays de la zone franc a permis à cette région d'Afrique subsaharienne d'avoir une inflation de ses importations alimentaires un peu moins forte que celle des autres pays en développement, de l'ordre de 8%.

Publicado em 15/04/2019 - Modificado em 15/04/2019 - Por Claire Fages

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias