La Tokyo Electric Power Company (TEPCO), le 20 mars 2011.
La Tokyo Electric Power Company (TEPCO), le 20 mars 2011.
HO / Air Photo Service / AFP
مقالة

Sortir du nucléaire ou pas ?

La catastrophe nucléaire de la centrale à Fukushima au Japon le 11 mars 2011 relance le débat sur l’avenir du nucléaire dans le monde. Comme après l’accident de Three Mile Island en 1979, et celui de Tchernobyl en 1986, chaque pays est en train de reconsidérer ses choix en la matière. Ainsi, l'Allemagne opte pour un moratoire de trois mois pour ses anciennes centrales, alors que la France affirme haut et fort qu'il n'est pas question de sortir du nucléaire, même si elle admet la nécessité d'un débat.
بحسب Myriam Berber -

On ne compte plus les missions parlementaires sur le nucléaire, voire les annonces de moratoires. L’Allemagne, pays où l’hostilité à l’atome est très forte, a été le premier pays à décider l’arrêt immédiat, pour trois mois, des sept réacteurs les plus anciens. La chancelière Angela Merkel a également annoncé un moratoire de trois mois sur la prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires. L’inquiétude est vive chez les Allemands. Des manifestations et des veillées ont eu lieu dans 450 villes à travers le pays pour réclamer la fin du nucléaire civil.

La Suisse, elle, suspend ses projets atomiques. D’autres réfléchissent, comme la Belgique, l’Espagne ou les États-Unis qui envisagent d’augmenter leur parc nucléaire. Dès le lendemain de la première explosion à Fukushima, l’Autriche, historiquement opposée au nucléaire, a réclamé des tests de résistance pour toutes les centrales nucléaires de l’Union européenne. Le fait que ses partenaires européens l’aient suivie sur ce point montre que le débat sur le nucléaire est à nouveau d’actualité.

En France, le débat agite la société civile

En France, deuxième pays le plus nucléarisé du monde, le débat agite la société civile. Les voix se multiplient pour réclamer un référendum sur l’arrêt du programme nucléaire. D’autant que certaines centrales sont très anciennes comme celle de Fessenheim, en Alsace, qui a été construite dans les années 1970. Pour le président Nicolas Sarkozy, il n’est pas question de sortir du nucléaire. Son ministre de l’Industrie, Eric Besson, a tout de même admis l’utilité d’un débat.

En Russie, l’accident à la centrale de Fukushima n’a pas provoqué de débat national, mais le Premier ministre Vladimir Poutine a ordonné une étude sur le secteur du nucléaire. L’inquiétude gagne également les pays qui ne disposent pas de nucléaire civil. C’est le cas de la Pologne qui s’apprête à construire sa première centrale, et de l’Italie qui souhaite lancer un programme nucléaire pour produire quelque 25 % de son électricité.

Mais pour Lionel Taccoen, spécialiste de l’énergie et ancien consultant auprès de la Commission européenne, tout dépendra des besoins énergétiques de chaque pays : « D’un côté, il y a les pays repus d’énergie, comme l’Europe et les États-Unis, qui vont être réticents à la relance du nucléaire. De l’autre, il y a les pays qui ont de forts besoins énergétiques, comme la Chine, l’Inde, l’Afrique et l’Amérique du Sud. Ces pays-là risquent d’avoir une réponse différente ».

Les pays sud-américains qui prévoient de recourir au nucléaire s’interrogent eux aussi. C’est le cas du Chili situé dans une zone sismique, mais dont le besoin d’énergie est pressant. À l’heure actuelle, le pays dépend à 55 % du pétrole et du gaz importés et, pour le reste, de l’énergie hydro-électrique.

Les deux grandes économies émergentes tirent également les leçons du drame japonais. Pékin gèle les approbations de projets de centrales nucléaires. La Chine, comme l’Inde, va procéder à une révision de la sécurité de l’ensemble de ses installations nucléaires. En Inde, le nucléaire représente aujourd’hui 3 % de la consommation électrique, et New Delhi voudrait faire passer cette part à 25 % d’ici 2050 pour alimenter sa robuste croissance.

La crise au Japon va également peser dans les choix nucléaires de Pretoria. La ministre sud-africaine de l’Énergie s’est montrée très prudente sur la construction de centrales dans son pays. Ses déclarations font planer un doute sur la suite que compte donner Pretoria à l’accord signé récemment avec la France à l’occasion d’une visite du président Jacob Zuma à Paris.

النشر بتاريخ 27/03/2019 - التعديل بتاريخ 28/03/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias