#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Timide

mots-actu_t.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

À Palmyre, un retour timide des habitants annonçait hier RFI. En effet, cette ville syrienne avant d’être investie par l’État islamique comptait autour de 50 000 habitants. Bien peu y sont aujourd’hui, et même si quelques-uns y retournent et quittent leur exil, leur nombre est peu important, et ils reviennent au compte-gouttes précisent les informations de Rfi c’est-à-dire petit à petit, par groupes peu nombreux.

C’est bien pour ça qu’on parle d’un retour timide. Il concerne peu de gens, mais de plus, apparemment, ils reviennent sans enthousiasme, pour reprendre une vie qui n’est pas bien attrayante : les services municipaux sont loin d’être rétablis dans leur ensemble. Et l’activité de la ville, qui vivait beaucoup du tourisme, est incroyablement réduite par rapport à ce qu’elle était. On a donc l’impression qu’il s’agit d’un retour en rasant les murs, a minima. Et cet adjectif « timide » qui le qualifie se comprend à la fois de manière quantitative (peu d’habitants sont revenus) et qualitative (la ville n’est plus ce qu’elle était).

Mais bien sûr on a l’impression que ce mot, timide, est ici employé dans un sens figuré.

Dans son emploi le plus courant, le mot désigne une manière d’être embarrassée avec les autres : un manque d’aisance, un manque d’assurance, une crainte de communiquer, de se lier. Et bien souvent une peur d’être jugé et un sentiment d’infériorisation. Non qu’on se sente toujours inférieur à ceux qu’on peut rencontrer, mais on a peur de ne pas être à la hauteur : un manque de confiance en soi dans par rapport à l’attitude qu’on peut adopter. Et aussi souvent une peur d’être évalué, jugé.

Mais cette signification, qui est aujourd’hui la principale, ne correspond pas au sens d’origine du mot.

Timide est un cousin de timoré, et les deux mots dérivent du verbe latin timere qui signifie craindre. Être timide c’est donc au départ être peureux, manquer d’audace, ou d’esprit de décision.

Les dérivés du mot balancent entre ces deux significations : on est intimidé quand on est timide dans une circonstance précise. On peut très bien, à l’ordinaire, être assez sûr de soi, hardi… Et soudain, face parfois à un personnage qui vous en impose, on se retrouve tout timide : intimidé !

Quant au verbe intimider, lui aussi a parfois un sens assez différent : faire de l’intimidation, c’est menacer quelqu’un, en commençant par l’effrayer. Avec presque toujours l’idée qu’il s’agit d’un bluff, que celui qui vous menace n’est pas assez puissant pour que cet avertissement soit suivi d’effet.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias