#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Silence radio

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Tiananmen, 30 ans après, à la télévision d’État, silence radio ! C’est le titre qui, sur RFI, commentait le total effacement, sur les médias officiels chinois, des révoltes et de leur répression sanglante qui secouait le pays il y a juste trois décennies : la fin dramatique de ce qu’on a appelé le « Printemps de Pékin ». Pas un mot là-dessus, on n’en parle pas, on fait comme si ça n’avait jamais existé. Et c’est une bonne façon de réécrire l’histoire, de la falsifier, non par mensonge, mais par omission : on « oublie » de parler de quelque chose ! Et, pour que le titre de RFI fasse mouche, pour qu’il soit percutant, il joue sur les mots : silence radio à la télévision. C’est ce que cette expression « silence radio » a pris un sens particulier !

L’expression est assez souvent entendue, pour exprimer que quelqu’un - une personne ou une institution - est plutôt réticent pour donner les renseignements qu’on lui demande. La formule traduit en tout cas une absence de réponse. Et souvent, elle souligne qu’une autorité est embarrassée pour donner une explication. Elle peut d’ailleurs s’employer dans des contextes bien différents : j’aimerais inviter des amis dimanche prochain, j’ai demandé à untel qui viendra, unetelle qui ne peut pas. Quant à mon cousin, je lui ai laissé trois messages, et il ne m’a même pas répondu : je ne sais rien sur ses intentions ou ses disponibilités : silence radio.

L’expression en fait vient des pratiques de communication radio, avec les bateaux, ou les avions : si une tour de contrôle ou des autorités portuaires n’arrivent plus à joindre un bâtiment ou un appareil, on s’inquiète. Cela ne signifie pas forcément le pire, c’est bien souvent une difficulté technique d’établir la liaison, mais le contact est coupé. La radio de fonctionne plus… silence radio !

Ce mot de silence, utilisé tout seul, comme un mot phrase, sert souvent d’injonction. On dit « silence » quand on veut l’obtenir, ce qui signifie à la fois « taisez-vous » et « ne faites pas de bruit ! » Et cet ordre peut se moduler : silence on tourne, phrase souvent ironique, qu’on a héritée de la tradition du cinéma : quand on tourne un film, on demande le silence absolu au moment où la scène est filmée. Parfois, on a des commentaires ironiques, presque comme des comptines : silence, la queue du chat balance, phrase dénuée de signification, ce que les Anglais appelleraient un non-sens, qui fait penser grâce à sa rime, à une comptine enfantine. Plus martial, « silence dans les rangs ! » C’est l’autorité militaire qui est ici évoquée, autorité assez brutale, qui ne souffre pas la discussion. L’expression s’emploie pour imiter et se moquer d’une autorité raide, qui ne supporte pas les rumeurs, les remarques, ou les grondements de protestation. Ça sonne comme un rappel à l’ordre !

Mais ce mot de silence s’emploie dans des expressions toutes différentes encore, et très imagées. Le monde du silence par exemple évoque le monde sous-marin, surtout depuis qu’un film du commandant Cousteau était sorti sous ce titre. Et quand on parle du silence du corps, il s’agit de la santé, d’un corps dont on se dit qu’il va bien parce que justement il ne fait pas de bruit, mais aussi qu’il ne se plaint pas, qu’il ne se fait pas remarquer par un dysfonctionnement sonore.

Quant au proverbe qui énonce : « la parole est d’argent, mais le silence est d’or », c’est une façon narquoise, moqueuse de remettre à leur place ceux qui parlent trop !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias