#تعلم الفرنسية من خلال الأخبار

Journal en français facile 13/07/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Hugo Lanoë : 22h à Paris à l’écoute de RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir : Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Hugo à toutes et à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : le fantôme de Katrina ressurgit en Louisiane, dans le sud des États-Unis... avec l’ouragan Barry qui a touché le sol américain ces dernières heures... les habitants de la côte ont été évacués... on fait le point sur la situation dans un instant

ZK : Retirer massivement de l’argent dans une banque pour la faire s’écrouler, c’est l’objectif des militants pro-démocratie à Hong Kong. Mobilisés depuis plusieurs semaines, certains d’entre eux ont en ligne de mire la banque de Chine. Les précisions sont à suivre.

HL : En France Emmanuel Macron annonce la création d’un commandement militaire de l’espace pour protéger les satellites français. Et puis on se quittera avec du théâtre à Avignon sans oublier le mot de la semaine d’Yvan Amar. Bienvenue à tous !

-----

ZK : Le spectre de Katrina réapparaît aux États-Unis avec Barry.

HL : Un temps qualifié de « tempête tropicale », le phénomène météorologique Barry s’est transformé en ouragan de catégorie 1, sur une échelle qui en compte 5. Avec la montée des eaux, les fortes pluies et les vents violents, plusieurs milliers de personnes ont été évacuées. Sur les côtes de cet État américain situé dans le sud du territoire, en bordure du golfe du Mexique. On fait le point sur la situation avec Achim Lippold.

Certaines routes qui longent la cote de la Louisiane sont inondées, des dizaines de milliers de foyers n’ont plus d’électricité. Les services météorologiques prévoient des précipitations importantes du fait que Barry se déplace très lentement. Tout au long de sa trajectoire, qui devrait l’amener vers le nord-ouest de la Louisiane, les autorités ont maintenu le niveau d’alerte ouragan. Plus loin, à La Nouvelle-Orléans, qui se trouve à une centaine de kilomètres de la trajectoire de Barry, l’alerte est toujours au niveau tempête tropicale. La Nouvelle-Orléans qui s’est réveillée ce matin en ville fantôme. Il y a très peu de circulation. La plupart des vols ont été annulés. La mairie se dit bien préparée pour affronter l’ouragan et les pluies diluviennes qu’il pourrait entraîner. Les habitants ont reçu pour consigne de rester à la maison. Le dispositif anti-inondation composée notamment d’un réseau de digues et de vannes a été activé. Une centaine de pompes sont prêtes à évacuer l’eau. C’est le premier test pour ce nouveau système mis en place après le passage de l’ouragan Katrina qui avait fait plus de 1800 morts en 2005.

ZK : Achim Lippold. Une nouvelle cargaison de missiles russes est arrivée aujourd’hui en Turquie.

HL : C’est ce qu’annonce le ministère turc de la Défense. Une première partie de ces défenses anti-aériennes est arrivée hier, et cela malgré les nombreuses mises en garde, les nombreux avertissements des États-Unis. L’OTAN a d’ailleurs fait part de sa préoccupation quant à cette livraison de missiles russes.

ZK : La Russie - rappelons-le Hugo - est un allié du régime de Damas en Syrie. D’ailleurs, 14 civils ont été tués aujourd’hui dans le pays.

HL : Un bilan qui a été revu à la hausse au fur et à mesure de la journée Zéphyrin. Parmi ces 14 morts figurent 6 enfants. Des chiffres rapportés par l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme. L’organisation non-gouvernementale britannique précise que ces personnes ont été tuées dans des bombardements à Idlib, région située dans le nord-ouest du pays et dominée par des combattants islamistes qui sont la cible des frappes du régime de Bachar-Al-Assad et de son alliée russe.

ZK : Vous écoutez le journal en français facile sur RFI, il est 4h04 à Hong Kong. Les manifestants anti-gouvernementaux se mobilisent toujours dans l’ancienne colonie britannique.

HL : Depuis plusieurs mois, ils protestent contre un projet de loi d’extradition vers la Chine. Précisons-le Zéphyrin, l’extradition est une procédure juridique par laquelle un État livre l’auteur d’une infraction/d’un délit à un État étranger qui le réclame. Alors certes, ce projet a été reporté, mais c’est insuffisant pour les manifestants. Une grande mobilisation est d’ailleurs attendue demain et ce n’est pas tout... Pour accentuer la pression sur la Chine continentale, les militants pro-démocratie appellent à retirer massivement les fonds, l’argent déposés à la banque de Chine. Florence de Changy.

« Vider les caisses de la banque de Chine », l’idée est audacieuse et elle a remporté un certain succès à Hong Kong même s’il n’y a semble-t-il aucune chance que ces retraits soudains et coordonnées ne parviennent à créer une panique bancaire. Personne ne pense qu’une telle opération puisse avoir un impact réel sur la stabilité de la banque de Chine. Selon un banquier interrogé samedi matin, « C’est un peu comme vouloir vider un océan avec des seaux d’eau… » Car on ne parle que de Hong Kong, qui ne compte que 7 millions d’habitants et ne pèse que 3 % de l’économie chinoise. Cela dit selon un employé de la banque, des très gros comptes ont effectivement été fermés déjà cette semaine et des fonds ont été transférés vers Singapour.   Cette action était bien sûr avant tout symbolique, car la banque de Chine représente la nouvelle puissance chinoise qui nourrit Hongkong, mais qui fait aussi très peur à ses habitants. Les opposants au projet de loi, dont les revendications ont à présent pas mal évolué ont par ailleurs prévu nombre d’autres manifestations. Une quinzaine d’événements sont déjà répertoriés pour les deux prochaines semaines, alors que le gouvernement semble complètement dépassé par les évènements. Florence De Changy Hong Kong, RFI.

ZK : On reste en France Hugo pour parler Culture.

HL : En ce mois de juillet, la ville d’Avignon se transforme en une gigantesque scène vivante. Le théâtre s’installe dans toute la ville, ses cloîtres, ses églises, ses écoles, ses cours... jusque dans les jardins ombragés des maisons. Le festival s’installe même chez les habitants, Murielle Maalouf.

À l’ombre d’un figuier et autour d’un bassin au fond du jardin Luc Tremblay auteur et acteur ont inventé sa scène théâtrale. « Du papier faisons table rase » est la première pièce du If. Il s’agit d’amour de quête de l’autre dans un style qui frise le comique grotesque. Luc Tremblay joue entre les arbres sur cette scène bucolique et puis le public se retrouve autour d’un verre. Le théâtre ici est rassembleur n’est-ce pas sa fonction première ? Suivront d’autres pièces, d’autres comédiens dans des jardins de la ville. Le If c’est une note de douceur théâtrale et de convivialité au cœur de la machine avignonnaise. Murielle Maalouf, Nicolas Bénita, Avignon RFI.

ZK : Comme tous les samedis Hugo, on se quitte avec le mot de la semaine.

HL : On en parlait au début du journal, Yvan Amar revient sur le mot Louisiane.

La Louisiane sur le qui-vive en attendant la tempête Barry. En effet, on sait bien que la ville se souvient encore de la catastrophe de Katrina, et que donc on craint les ouragans. En Louisiane donc qui est cet état du sud des États-Unis, dont le nom n’évoque pas du tout l’anglais. Il est vrai que, même si la Louisiane est américaine, on n’y parle pas uniquement l’anglais. Pas mal d’espagnol, de vietnamien, et du français, surtout d’ailleurs du français cadien qui a toute une culture américaine. À cause des Canadiens francophones chassés du Canada par les Anglais ; à cause aussi d’un passé colonial français. Et ce mot de Louisiane se rappelle son passé français : la région a été nommée ainsi par Cavelier de la Salle. À la fin du 17e siècle, les Européens explorent encore cette Amérique, ce Nouveau-Monde largement inconnu, et se l’approprient sans scrupule : les Indiens sont considérées comme des populations à soumettre, et les grandes rivalités se construisent entre les puissances européennes qui se retrouvent là-bas : Anglais, Espagnols, Français. Cavelier de la Salle, après plusieurs voyages qui l’amènent d’abord au nord du continent, en nouvelle-France, l’actuel Canada, prend possession du territoire qui est autour de l’embouchure du Mississippi, et l’appelle Louisiane, en l’honneur de Louis XIV, qui d’ailleurs s’en soucie fort peu. Ensuite, ce nom de Louisiane nommera une immense partie des États-Unis actuels : en fait à peu près tout ce qu’on appelle le Midwest et qui descend jusqu’au golfe du Mexique. Aujourd’hui c’est bien différent. Mais dans la géographie de la Louisiane actuelle, on trouve encore des noms aux assonances françaises. La plus grande ville est New Orléans, longtemps appelée La Nouvelle-Orléans, ainsi nommée en l’honneur du régent Philippe d’Orléans, par Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville, qui l’avait fondée. Et un certain nombre d’autres villes ont aussi des souvenirs français, comme la capitale, Bâton-Rouge. En fait la bourgade auparavant, s’appelait Istrouma, ce qui signifie bâton rouge dans une langue indienne, parce que la ville était délimitée par des bâtons plantés dans le sol, et rougis rituellement du sang d’animaux.

HL : C’est la fin de ce journal. Merci Zéphyrin Kouadio.

ZK : Merci Hugo Lanoë. Merci à tous.

HL : Bonne soirée à l’écoute de RFI.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias